Imprimé

Imprimé

Il est là. Dans mes bras. Et c’est tellement gratifiant que j’ai envie de faire la danse de la joie ! 

Ce n’est qu’un livre « test ». Il y a plein d’erreurs qui me sautent aux yeux, l’impression n’est pas de très bonne qualité (tout est de biais et la couverture présente des traces), le texte sur la 4e de couverture est trop gros… 

Mais si vous saviez comme ça me passe au dessus ! 

Parce que c’est le résultat de plusieurs mois de travail. Parce qu’il passe d’un projet virtuel à un projet concret. Et parce que j’ai encore un petit plus d’un mois pour régler ces petites imperfections. 

Je vous laisse, je vais aller fêter ça ! 🥳

Rendez-vous le 5 novembre pour sa sortie officielle.

Moment pour écrire

Moment pour écrire

Quand est ce que j’écris ? 

Mon premier roman, je l’ai écrit pendant le confinement. Travaillant dans l’événementiel, j’ai soudain eu beaucoup de temps. Je pouvais écrire (presque) tout le temps. 

Mon moment privilégié ? La nuit. Quand les enfants sont couchés, après une série Netflix ou en rentrant d’une soirée. Isolée dans ma véranda, à table ou dans le canapé. Bercée par de la musique, enveloppée dans un plaid, avec pour seule compagnie quelques M&M’s. 

Sans aucune contrainte de temps, sans aucune interruption, sans aucune distraction. Sinon celles que je me serai données. 

Généralement, je ne vois pas le temps passer. Il m’est arrivée plusieurs fois cet été de me coucher quand le soleil était en train de se lever. 

Génial ? Oui ! Sauf que le confinement est terminé, que je suis maman et que j’ai encore ce travail dans l’événementiel ! 

Alors je me mets des limites. Être au lit au plus tard à 3h du matin. Pour être en mesure de me lever à 8h, embrasser mes enfants qui partent à l’école avec leur papa et attaquer une nouvelle journée.

Difficultés

Difficultés

J’ai adoré écrire ce premier roman. J’y ai pris beaucoup de plaisir. Mais ça ne veut pas dire que ça a toujours été facile ! 

La première difficulté pour moi, a été la gestion du temps. Je suis du genre impatiente. Quand j’ai une idée en tête, je veux que ça aille vite, que ce soit en place rapidement. Écrire un livre, c’est tout sauf compatible avec de l’impatience ! 

Il a fallu que j’accepte que ça puisse être long. Que j’accepte qu’il ne fallait pas confondre vitesse et précipitation, au risque de faire quelque chose de mauvais. Que j’accepte qu’il fallait se laisser du temps et laisser du temps à l’histoire. 

Autre difficulté et pas des moindres : je suis passée par deux phases de doutes. La première au bout de 50 pages, où passée l’euphorie des débuts, je n’avais plus envie d’écrire… Puis la deuxième ou j’ai décelé des incohérences dans mon intrigue que je ne parvenais pas à résoudre. Il n’était pas question d’abandonner ! Alors j’ai écris. Encore et encore. Et c’est en écrivant, même quand je n’avais pas envie, même quand c’était mauvais, que j’ai surmonté ces deux phases. 

Aujourd’hui, j’ai accepté que je ne pouvais pas combattre le temps, et j’accepte que la tâche puisse être difficile. 

Accepter, pour que tout devienne possible. 

Comme de publier un premier roman. 

Et d’en écrire un deuxième.

La musique

La musique

Elle a une importance capitale dans ma vie. Elle m’accompagne du matin au soir, du petit-déjeuner au dîner. Elle me fait danser, vibrer, pleurer. J’aime tous les styles. Toutes les époques. Elle est aussi variée qu’elle suit mes humeurs. 

Quand j’ai commencé à écrire « Reprendre son souffle », j’ai eu besoin de silence. Pour mettre de l’ordre dans mes idées, pour ne pas être distraite.

Mais quand mon histoire a été structurée et que je suis passée sur ordinateur, j’ai eu besoin de me mettre dans une bulle, et c’est la musique qui m’a permis d’être isolée du monde extérieur. 

Parce que la musique est importante dans ma vie, j’ai voulu qu’elle ait son importance dans ce roman. J’ai donc attribué un univers musical à l’un de mes personnages : le jazz. 

Pourquoi j’ai choisi le jazz ? Parce que j’aimais son côté feutré et mystérieux, et que ça me plaisait pour mon histoire. Le problème, c’est que je n’y connaissais rien. J’en écoutais un peu, mais je n’appréciais pas particulièrement le style pour en écouter de façon régulière. Je me suis donc documentée. J’ai lu des ouvrages sur le sujet. J’ai écouté les classiques. Et bien-sur, j’ai fini par aimer ! Avec en tête, un véritable coup de cœur pour l’univers de Melody Gardot. A partir de cette belle découverte, sa musique n’a plus quitté mes oreilles. Et c’est avec elle que j’ai écrit tout mon roman.

L’inspiration

L’inspiration

D’où elle vient ? Comment j’ai fait pour pondre 350 pages alors que je me pensais dénuée d’imagination ? 

En regardant les gens autour de moi. En m’inspirant de mes proches, de ce qui m’entoure et de ma propre vie. En lisant ou relisant des auteurs que j’affectionne, en allant au cinéma, en regardant des séries sur Netflix, en écoutant énormément de musique… Et en « tentant » beaucoup, quitte à supprimer ensuite. 

La limite entre inspiration et plagiat est mince, mais elle est très dangereuse. L’inspiration, c’est le fait de développer une idée qui nous est propre à partir d’un détail existant. 

Un exemple : l’image que vous avez en illustration de ce post est une affiche qui trône dans ma cuisine, et dont je me suis inspirée pour raconter un événement passé concernant mon héroïne. 

Autre exemple : je suis une grande fan de Félix Radu, découvert pendant le confinement (si vous ne connaissez pas, filez vite l’écouter !). Je me suis inspirée de son attitude et de son énergie, pour créer un autre personnage.

La couverture

La couverture

Travail important. Presque plus important que le résumé présent en quatrième de couverture. C’est ce qui va attirer l’œil. Va donner envie de prendre le livre en main. Et de le retourner pour lire le résumé. 

J’ai la chance d’avoir un ancien graphiste à la maison, je n’ai eu qu’à passer commande. 

Quel était mon cahier des charges ? Ma première idée était de faire apparaître un saxophone sur la couverture. Faire comprendre qu’on y parlait musique. Et instaurer une ambiance feutrée. 

J’ai vite changé d’avis. Mon roman ne parle pas de musique ! La musique est simplement présente en toile de fond. 

Ok, alors il parle de quoi ? Principalement d’une femme. De son histoire. De son secret. 

C’est donc une femme que je devais faire apparaître sur la couverture. Avec elle, cette ambiance feutrée et mystérieuse du jazz. 

Après quelques jours de recherches, quelques allers-retours avec mon graphiste, la couverture était née !  

Rendez-vous dans quelques semaines pour la découvrir 😊